Présentation du Jardin bleu

Nov 2018. Plan du Jardin bleu. Dessin de Stéphanie Cailleau

Le Jardin bleu est la mise en application du Manifeste pour un paysage mellifère.
Ce jardin-rucher se situe à Die (Drôme) dans la partie des jardins de l’Aube.
Il est a but pédagogique, artistique et expérimentale. Il y sera question des liens entre le vivant (biotope) et les humains selon des points de vues sensibles et pragmatiques que nous expérimenterons à tisser.
Du point de vue pragmatique : il a pour objectif d’engager un cycle vertueux dans l’alimentation des abeilles et ce grâce à la présence d’une grande variété de végétaux assurant une floraison permanente, de fin février à début novembre. De cette manière, tous les insectes pollinisateurs bénéficierons de ces floraisons, le sol sera enrichis et plus vivant, luttant contre son érosions et les stress climatiques.
Du point de vue sensible : nous expérimenterons comment nos liens sensibles avec le vivant alimentent nos imaginaires et deviennent des puissances d’agir.

Afin de démarrer ce cycle vertueux, des végétaux ont été choisis (arbres, arbustes, vivaces et annuelles) suite à l’inventaire des plantes mellifères dans l’aire de butinage du jardin-rucher à Die (Drôme). Le plan ci-dessus présente le jardin des plantes mellifères (1000m²) mais l’ensemble de la parcelle représente 6.000 m² où se trouve en face  le rucher et deux prairies (trèfle blanc et sainfoin).

Les floraisons permanentes seront assurées grâce à la plantation de 27 variétés de végétaux différents. Un accent est mis à la saison estivale. En effet, les étés sont de plus en plus chauds et secs. Par conséquence, ils deviennent une saison sans ressource pour les abeilles (comme l’hiver). Il est impératif donc de planter des végétaux adaptés au changement climatique et qui fleurissent à cette saison dans des conditions de grande chaleur et de sécheresse. Voici la liste des espèces végétales :

  • Floraison printanière : amandier, mahonia faux-houx, viorne tin, argousier, poirier, cerisier, cognassier, pommier, thym, trèfle flanc, tilleul, troène commun et troène du japon.
  • Floraison estivale : tilleul du japon, tilleul Henry, arbre à miel, gattilier, origan, sophora du japon, lilas de Californie, sarrazin.
  • Floraison automnale : spirée bleu, elsholtzia strauntonii, eleagnus, savonnier, arbousier.

Le financement participatif  ZESTE servira à démarrer de façon effective le Jardin bleu.

Tous les végétaux seront plantés au mois de mars 2019.

Avril 2018. Plantation de lavandin.

Il est d’ores et déjà planté des parterres de thym, d’hysope, de mélisse, de sarriette, de lavandin, d’origan et de sauge. Il est présent aussi une prairie de sainfoin et de trèfle blanc.

Le Jardin Bleu, est créé pour accueillir :

  •  le grand public : à la saison estivale pour des visites du rucher et du jardin. Il y sera présent un espace de pique-nique pour que les familles puissent y flâner,
  • les scolaires du Diois (écoles, collège et lycée) : ils seront conviés à venir visiter le jardin. Des projets spécifiques avec des professeurs seront mis en place,
  • des scientifiques  : nous démarrons une collaboration avec deux scientifiques du laboratoire le LECA de l’université de Grenoble,
  • des artistes et des œuvres d’arts : des œuvres personnelles seront présentes.À terme, des artistes seront invités pour venir expérimenter avec des la mise en place d’événements culturels.

Pourquoi une spirale ?

Nov 2018. Tracé du jardin. Photo : A. Picard

Observez cette spirale dessinée sur le plan. Sur le terrain, ce sera un cheminement qui ira de l’aire de pique-nique à une petite cabane (le bain d’abeille) tout en traversant le jardin de plantes mellifères. Cette spirale se développe selon le nombre d’or et que l’on retrouve chez une infinité de plantes, d’animaux, d’architectures, etc.Plan simplifié du Jardin Bleu

La cabane à partir de laquelle le jardin est proportionné

Au bout de la spirale ou du chemin, se trouve donc la cabane cubique qui fait 2,26 m de côté. C’est la côte adoptée par l’architecte Le Corbusier pour dimensionner de nombreux bâtiments comme la Cité Radieuse à Marseille. Cette côte est connue sous le nom du Modulor.
Ensuite, il n’y a plus qu’à développer en multipliant par le nombre d’or : soit ce carré au sol de 2,26 m s’inscrit dans rectangle de 3,65m, qui s’inscrit dans un autre rectangle de 5,91 m et ainsi de suite pour arriver aux dimensions finales de 40,54 m par 25,06 m. Il suffit enfin de relier par le rayon du carré inscrit dans chaque rectangle pour obtenir la spirale, aller c’est magique et super facile, regardez par là.

Matinée avec Antonin de traçage au sol, il a fallu s’y reprendre à plusieurs fois.    Photo : Antoine Picard.
Photo : Antoine Picard
Photo : Antoine Picard
photo : Antoine Picard

Et là, c’est moi qui me suis allongé à l’emplacement de la futur cabane (dont un côté fait 2,26 m soit ma taille les bras allongés) après avoir mesuré et marqué au sol tous les rectangles emboités. Ouf, ça correspond, merci Anto pour ton aide !